LA VIE INTRA-UTÉRINE

Du 11 au 13 janvier 2019

Nous portons des blessures depuis la vie intra-utérine. Même en l’absence d’organes des sens développés, notre conscience capte, enregistre et évalue toutes les informations dans l’utérus et dans l’environnement immédiat de notre mère. Dans les moments difficiles où les émotions se bousculent et

nous submergent (par exemple sentiment d’abandon, de rejet, de pas être conforme, de culpabilité…), personne n’est là pour nous protéger, nous consoler, ni surtout nous expliquer ce qui se passe. En l’absence de toute compréhension, l’embryon ou le fœtus interprète à sa manière (limitante)

l’évènement douloureux et en fait une croyance qui se grave dans le marbre de sa vie. Les principales interprétations, qui sont aussi les plus lourdes, sont

« je n’ai pas de valeur – je ne suis pas digne d’être aimé – j’ai fait quelque chose de mal et je mérite d’être puni ». Dieu n’est-Il pas le seul qui puisse nous rejoindre dans cette souffrance et nous guérir si tel est son bon plaisir ? « C’est toi qui m’a formé les reins, qui m’a tissé au ventre de ma mère. Mon âme, tu la connaissais bien, mon embryon, tes yeux le voyaient quand je fus façonné dans le secret. »  (ps 139, 13-15)